jeudi 11 février 2010

Quelque part loin de la foule [Björk]

... parfois, il suffit de se rendre compte que ce qu'on chérit et écoute des trucs parfaitement étranges, voire inécoutables, pour les autres, pour prendre la juste distance qui nous sépare de la foule. C'est un peu inquiétant, c'est comme lorsque gamin, on sent le ressac qui vient de nous faire perdre pied, et tranquillement, on glisse sur  des courants contraires et on n'est pas du tout sûr de revenir.

Tenez, une question comme une autre sur un forum hifi... quelles sont les tounes que vous associez au sexe. Attention, on ne parle pas d'amour. On parle un peu plus crûment, un peu plus la langue dans l'oreille, un peu plus je ne veux plus savoir le pourquoi du comment, juste défoncer l'ennui, tuer ma pensée, déflorer l'obscurité. Annihiler la distance physique qui me sépare de l'autre, celle qui a la faculté de me faire perdre envie d'avoir une peau qui me sépare d'elle.

Suspects habituels, dans mon camp, et je constate ne pas être le seul... Closer de Nine Inch Nails... Hymne de la défonce érotique... Et puis comment oublier Tricky, l'ange noir du trip hop, et ses inoubliables et légèrement malsains Pumpkin' (avec Goldfrapp) et surtout Abbaon Fat Track.

À quelques pas de Tricky, et pour tomber dans la dimension féminine, celle qui nous inspire, il y a bien sûr Björk. La Murène de l'Islande, qui, incidemment, a dédié quelques trucs pas très élogieux à ce même Tricky après leur rupture... Lorsqu'on parle de féminité, complexe, puissante, troublante, s'exprimant musicalement avec une force qui nous renverse, on ne peut passer à côté de Björk.

Le nombre de pièces de Björk qui me renversent sur leur passage est très grand. J'ai vécu de grands moments d'intimité musicale avec Björk; vous savez, ces moments où, pour des histoires de coeur compliqués, ciel et terre s'écroulent. J'ai souvent écouté "Come To me" dans ce contexte. J'ai souvent écouté tout le premier album, Debut, dans ce contexte!

Mais lorsque je veux me connecter à la féminité primitive, incantatoire et ma foi violemment érotique, c'est Ancestors sur Médulla que j'écoute.

Je vous vois froncer les sourcils. Quoi? Ce truc à base de voix humaines, de chants de gorge, de human beat box, ce truc absolument, résolument pas écoutable?

Ouais. Ce truc de fou. Ce délire humain, ce disque fragile, plein de chants de sirènes, qui est le point culminant de la constante évolution-régression de la diva des Sugarcubes vers l'émotion brute. Quelle passionnante, quelle belle artiste, capable de tenir tête artistiquement par sa voix et ses yeux inquiétants à Lars von Trier, capable de nous faire danser, ou alors de nous river à notre siège par sa passion éruptive (Bachelorette). Et qui, au faîte de sa gloire populaire et critique, décide de bâtir une symphonie de voix humaines, pondant au passage le thème des Jeux d'Athènes avec, entre tous les illuminés, Robert Wyatt...

Mais, l'écoutant, et vous laissant gagner, vous sentirez peu à peu que le ressac vous a isolé de la gente humaine. Mais n'est-ce pas le plus grand pouvoir de la musique de délivrer parfois le reptile en nous?

2 commentaires:

  1. Ulike Team25.5.10

    Bonjour,

    Votre blog a été soumis sur notre site ulike.net par un de nos utilisateurs.
    Nous avons regardé votre blog et nous souhaiterions vous proposer de rejoindre notre réseau de blogs partenaires.
    Si vous êtes intéressé vous pouvez l'inscrire sur http://fr.ulike.net/top-blog ou nous écrire à news[at]ulike[dot]net.

    La uliketeam, qui est heureuse d'avoir découvert votre blog.

    RépondreEffacer
  2. Cet album (Medulla) je ne l'ai pas encore effacé de ma biblio musicale. Je sais pas trop pourquoi d'ailleurs, j'y suis allergique! Mais je me dis qu'un jour je vais peut-être apprécier...

    RépondreEffacer